Les Invisibles

LES INVISIBLES, c'est le titre de mon prochain roman (sortie prévue le 20 janvier 2021)

Suivez son évolution ici et sur le blog. 

Sujet : A la fin du XXIe siècle, la civilisation s'est effondrée...

Les villes ne sont plus que ruines où la population tente de survivre alors qu'une éternelle pollution l'oblige à vivre en permanence avec un respirateur dont il faut acheter les doses d'oxygène à prix d'or. 

Yann et Divi sont jeunes et rêvent du monde d'avant en regardant les images du ciel bleu dans les livres interdits. Mais la guerre civile menace, les Rebelles en lutte contre l'ordre militaire sont aux portes de la ville. Dans ce monde en perdition, quel sera leur destin ? 

Couvfinale.jpg
101061967_264338158254072_53259025424654
51-xc+7XMzL._SX195_.jpg

Bande annonce

Trailers

Extrait

Yann s'approcha alors du distributeur et commença à taper son code d'identité personnel sur le clavier. Après quelques secondes, son visage s'afficha à l'écran, avec son nom, son âge et son adresse, le tout sur un fond orange symbole de sa basse classe, de celle qu'il fallait surveiller. C'était la couleur la plus répandue, la verte était réservée aux classes supérieures qui venaient rarement s'alimenter au distributeur bénéficiant de réseaux plus avantageux. Quant à la lumière rouge, elle signifiait soit une fin de droit soit que l'on était une personne recherchée, un membre de la rébellion.

 

            Une trappe s'ouvrit et une petite recharge bleue apparue. Yann s'en empara, enleva celle encore en place sur le côté gauche de son respirateur, qu'il déposa dans la trappe qui se referma aussitôt. Il s'écarta alors du distributeur, laissant sa place à une femme avec un uniforme d'infirmière. Il plaça la nouvelle dose d'oxygène dans son emplacement et sentit immédiatement un air frais pénétrer ses poumons. Il respira profondément.

Ce qu'ils en ont pensé...

Ils ont lu "Les Invisibles" et en ont parlé sur leur site :

Horror Stories : "Bien foutu, ce roman m'a emportée, et pourtant, je ne suis pas lectrice du genre. Les terminators et tout ce qui contient des armes, très peu pour moi. Mais finalement, entre l'espoir, le désespoir, les vestiges de notre présent qui est pour eux, le passé, les histoires des personnages, le ryhtme de l'écriture qui est beaucoup plus mature que son prédécesseur, c'était une très très bonne lecture. Très facile à imager dans la tête, très fluide, très sombre, un régal !"

Dystopie.net : "si vous aimez les dystopies bien noires, que vous avez envie de décors dignes d’une Gotham post-apo, de créatures cauchemardesques et d’une touche de Steampunk… foncez !"